claire soubrier – Photographe

claire1claire21

claire4

claire3

Publicités

Hawa Maha et le lonely planet

L’image a un impact énorme sur nos attentes.

Un ami avec qui je suis parti en Inde avait mis beaucoup d’attentes dans la visite du Palais des vents de Jaipur, l’ Hawa Maha, il faut dire que c’était le visuel choisit par le Lonely Planet 2008 pour illustrer leur couverture.
Le palais des vents est un bâtiment construit au XVIIIe siècle à Jaipur, capitale du Rajasthan en Inde. Il est considéré comme l’une des merveilles de l’architecture rajput.
Les centaines de fenêtres et balcons (953, semble-t-il) qui ornent sa façade sur cinq étages sont construits de façon à permettre aux femmes du harem royal de voir à l’extérieur sans être vues en retour.
Construit selon les canons de l’architecture rajput, il a été conçu de façon à permettre au vent de circuler à l’intérieur et, ainsi, de le rafraîchir. (Wikipédia).

Nous avions lu cette description et surtout nous avons vu cette image a longueur de journée pendant 10 jours, jusqu’a notre arrivée à Jaipur. L’attente avait créé le désir et attisé notre excitation c’est pourquoi nous avons été déçu de voir un tout petit palais en travaux. La photo de la couverture du Lonely est un plan très serré qui laisse imaginer un palais à la hauteur de Versaille!!!!

Quelle déception!!!! heureusement la façade n’était plus en travaux…. et avec un photo-montage de mes propres photos,  j’ai réussit a refaire la couverture qui nous a usurpée. 🙂

Ce qui est très drôle également, c’est qu’il y a un business dans la rue, avec l’hôtel qui a une terrasse juste en face de la façade du Hawa Maha. Dés que vous sortez votre appareil, un rabateur vous invite à le suivre pour aller, moyennant quelques roupies, au seul vew point où l’on peut photographié la façade dans son ensemble! In india everithing is possible!

Le coq symbole de la France

Le « Coq » est décrit comme étant franc, analyste, méthodique. On dit du Coq qu’il s’entend bien avec le « bœuf » et le « serpent », et très mal avec le « lapin ».

Les chinois voient le coq comme un animal très ponctuel qui signale aux hommes l’arrivée du jour. Considéré comme le messager du soleil, il est aussi le patron qui rappelle que le repos est terminé. Pour les chinois, le jour est le moment le plus propice au travail. Le coq en est l’exemple, car même domestiqué, il ne cesse jamais de fouler et gratter le sol à la recherche de sa nourriture. Son nom est en chinois homonyme de chance.

A marche forcée, Les oubliés de la croissance chinoise

Les oubliés de la croissance chinoise. Exposition photographique par Samuel Bollendorf, à la maison des métallos du 22 mai au 20 juin

En 2008, du 8 au 24 août, les Jeux Olympiques se seront tenus à Pékin. En 2009, les massacres de la place Tien An Men auront 20 ans, la République Populaire de Chine, 60 ans. En 2010, Shanghai organisera l’Exposition Universelle.

La course à la croissance que livre la Chine pour accomplir son retour sur la scène internationale est sans concession. Rivières polluées, fleuves taris, vallées englouties, villes rasées, atmosphères contaminées…

La Chine vient de dépasser le Royaume-Uni pour devenir la troisième puissance économique mondiale en développant à marche forcée la terre qui fait sa richesse. Oubliés de la croissance, trois quart des cinq cent millions de paysans chinois vivent aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté. Ils s’exilent à l’intérieur de leur propre pays, fuyant des campagnes millénaires, dévastées par les pollutions industrielles. Les mines de charbon, les grands travaux, les fabriques du monde entier, sont autant d’eldorados pour ces mingongs, ces ouvriers migrants aux droits méprisés.

Exploitée, déplacée, cette main d’oeuvre bon marché à la merci des pouvoirs corrompus, recommence chaque jour, au péril de sa vie, le « miracle économique chinois ».

Coma

En 1998, L’artiste Suisse Cornelia Blatter et le graphiste Hollandais Marcel Hermans se sont associé pour créer l’agence de graphisme COMA. Ils partagent leur temps entre leurs studios, à Amsterdam et Nex York et ils se sont vite aperçus que la collaboration enrichissait leurs travaux.

Coma considère qu’un graphiste doit pouvoir maîtriser toutes les étapes de fabrication. Devant une telle ténacité, on pourrait croire que les autres points de vue, et en particulier celui du public…..

coma

comaa